vendredi 12 juin 2015

Un Point. Deux départs.

Le printemps se termine, l'été arrive, alors comme pour les fruits et légumes, choisissons donc un sujet de saison : 
Il est largement temps de lever le voile sur ce qui fait le moteur de Woodstone Mini's Studio : L'énergie !



Etude 1 pour "LOeuf du Serpent". Huile, acrylique et encre de Chine.
Pour commencer, histoire de calmer mon enthousiasme débordant, vous allez me dire : "Pas très original, de l'énergie pour faire progresser le contenu d'un blog, c'est quand même la moindre des choses."
Et oui je l'avoue, l'énergie est partout nécessaire, indispensable en toute chose, de la plus microscopique à la plus insondable immensité, tout fonctionne à l'énergie.

En tant que graphiste et plasticien de longue date, j'ai pris l'habitude de symboliser "l'énergie" par de simples pictogrammes, pour cette fois je vais disserter un peu sur celui qui m'inspire le plus : La SPIRALE !!! Infernal n'est-ce pas ?


Véritable fascination pour cette trajectoire sans fin, j'ai décliné la spirale sous plusieurs formes à différentes périodes de mon expression picturale. Du coup, histoire de ne pas tourner en boucle... voici un petit résumé en interprétation libre de ce que je considère comme un des champs de force énergétique parmi les plus puissants et incontournables que la nature puisse nous donner à observer, à ressentir, à parcourir indéfiniment du centre vers l'extérieur et inversement, jusqu'à l'hypnose totale... bzzzzzzzz... bzzzz... bzzz.

Etude 2 pour "L'Oeuf du Serpent". Huile, acrylique et encre de Chine.


De quoi se donner soi même le vertige, non ? Observez donc l'inertie produite par une spirale tournant dans un sens ou dans un autre : l'équilibre devient différent, aspiration, étourdissements, la perception rétinienne est déformée au point de fournir à votre cerveau des informations faussées. Finalement une sensation chaotique, comparable à l'aspiration d'un trou noir. Ce concept de "trompe l'oeil" est repris dans une multitude de constructions géométriques, graphiques et architecturales à travers le monde et l'histoire car il fascine les esprits en réalité depuis la nuit des temps, depuis que l'homme a regardé le sens de l'eau coulant dans un trou selon l'hémisphère où il se situe, depuis que l'homme observe la rotation des étoiles dans notre ciel, depuis que l'homme prend progressivement conscience des cycles naturels et universels aux quels il est soumis pour l'éternité. Qu'il le veuille ou non, la terre est ronde, point.

"La Vague" 2012. Mosaïque.



Cette affaire d'écoulement de l'eau dans un sens au Sud et dans l'autre sens au Nord n'est pas si anecdotique finalement, puisqu'il s'agit d'une question d'attraction terrestre, de pesanteur liée à la rotation de la terre autour de son propre axe, sa propre inertie. Au final tout tourne autour d'un axe, de l'infiniment grand à l'infiniment petit, donc tout produit et consomme à la fois de l'énergie, depuis nos propres cellules, à la terre autour du soleil, jusqu'à la galaxie toute entière autour d'un autre axe encore bien plus immense... C'est dingue la science !

Bref pour résumer, comme je suis tout l'inverse d'un scientifique, pour moi la spirale c'est simple : Un point central et deux lignes de départ (une vide et une pleine) qui s'éloignent l'une de l'autre en un seul trait, sans jamais se croiser, tout en tournant sans fin autour de leur axe d'origine.

Un point, deux départs... peut-être un peu comme une deuxième chance ?
Ou bien tout un monde parallèle ? Mystère...

Idrissa-Flo Touré.

"L'Oeuf du Serpent" - 1996. Collage, récup, peinture acrylique.

"Mandala Triskel" 2014. Lavis acrylique, Posca, encre de Chine.